L’Etoile Emilien

Je sais ce que vous vous dites. Emilien Jacquelin est devenu champion du monde de poursuite en biathlon ce week-end et je l’ai passé aux oubliettes. 

Patience, j’y viens.

Vous ne le savez sûrement pas mais j’ai une grande passion pour Emilien Jacquelin et celle-ci remonte à décembre 2014. Alors bien sûr, quand on parle de biathlon, Martin Fourcade est le premier élu dans mon cœur (et sûrement dans le vôtre !) (je veux dire : qui n’aime pas Martin Fourcade ???) mais je réserve aussi une place d’honneur bien spéciale à ce petit gars.

L’histoire est simple, cette année-là Emilien Jacquelin participe aux Etoiles du Sport en tant qu’espoir de Marie-Laure Brunet et remporte l’Etoile 2014. Une édition sur laquelle je travaillais et où pendant une semaine j’ai pu le voir apprendre des sportifs de haut-niveau qui l’entouraient, se défoncer sur un raid qui me semble bien trop dur à effectuer de bon matin et donc remporter cette étoile signe de promesse. Je l’avoue, au début je pensais que ce serait Cassandre Beaugrand qui enfilerait la veste à étoiles cette année-là mais Emilien avait cette joie de vivre, cette curiosité, cette ouverture aux autres si naturelle pendant que Cassandre était encore un peu timide, sûrement aussi impressionnée par ce qui se passait autour d’elle.

Depuis, j’ai toujours gardé un œil sur ses résultats pour voir si l’étoile avait bien trouvé sa voie. Je me souviens, quelques mois plus tard d’ailleurs il remportait une médaille de bronze aux Mondiaux junior et je me disais qu’en l’élisant « Etoile 2014 », le jury ne s’était pas trompé. Les années passent et il continue son petit bout de chemin passant par l’Equipe de France, sa première sélection pour les Jeux, son premier podium individuel à Hochfilzen, sa première victoire en relais masculin, puis en relais mixte jusqu’à ce 16 février et son premier titre mondial. Un athlète qui a franchi les étapes une à une pour décrocher sa médaille.

Alors comment ne pas aimez un gars aussi simple et talentueux, qui a toujours le sourire et un visage enjoué devant les caméras ? Typiquement le mec avait qui tu aimerais être amis. Enfin, on aimerait même être amis avec l’Equipe de France de biathlon au complet. Hommes, femmes, je ne sais pas si c’est la réussite qui les rend si sympathiques mais ils me donnent envie d’aller les encourager à Oslo dans un mois même s’il doit sûrement y faire -20 degrés tellement (presque) chaque week-end de novembre à mars ils nous procurent joies et excitations. 

Vraiment, le biathlon c’est un sport unique qui a réussi à passionner les foules grâce à cette équipe en réussite mais surtout accessible. Déjà, rien que leurs performances sportives méritent le respect parce que faut se motiver à aller faire du ski de fond et puis surtout, après avoir enchaîné des kilomètres qui font battre ton cœur à 100 à l’heure, il faut faire preuve de précision et stopper l’adrénaline pour délivrer un tir à la carabine précis. Un effort surhumain on est d’accord. Moi je pense que le biathlon c’est comme les montagnes russes, tu passes par toutes les émotions et à peine remis d’un looping, tu es en route pour le suivant. 

Emilien Jacquelin est donc champion du monde de poursuite, un titre qui lui va si bien lui qui poursuit les traces de ces aînés pour assurer la relève de ceux qui l’ont accompagné dans ces premiers relais. Car oui, a seulement 24 ans, c’est son premier titre en individuel mais une chose est sûre, ce n’est pas le dernier car Emilien Jacquelin a encore de belles (et nombreuses) médailles à aller décrocher.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s