Lutter contre le covid-19, c’est un sport

Au cas vous étiez sur Mars ce week-end, laissez-moi vous résumer ce qu’il s’est passé.

Petit un, il a neigé. Petit deux, le derby s’est soldé par un 2-0 en faveur de Lyon. Petit trois, le semi de Paris a été annulé pour lutter contre la propagation du coronavirus.

Ah le coronavirus, nul doute qu’il fait du bien à la planète quand on voit des photos avant/après de la pollution en Chine mais il commence sacrément à nous embêter. 

Alors non, je vous rassure, je n’avais pas prévu de courir le semi de Paris. Il faut dire que si je cours déjà 7 km je suis contente alors trois fois plus, non merci. Par contre je pense à tous ceux qui avaient prévu de le faire, ceux qui s’étaient entraînés, ceux qui avaient voyagé pour venir… Pour eux, je suis vraiment désolée.

Bien sûr, on ne peut pas reprocher à l’Etat d’être trop prudent pourtant cela fait des jours que j’ai l’impression qu’on minimise les mesures face à la multiplication des cas et que cette interdiction de rassemblement est tombée aussi inopinément que les interdictions de déplacement à 15h la veille d’un match. Il faut dire qu’en milieu de semaine dernière on a quand même accueilli 3000 supporters de la Juventus à Lyon alors qu’il y a un foyer épidémique en Lombardie. Et alors qu’on interdit la tenue d’une course avec 44 000 concurrents en plein air qui ont peu de chance de se serrer la main, on maintient une rencontre de Ligue 1 Conforama au Parc des Princes avec sûrement autant de personnes. Bon d’accord, un stade de football n’est pas un lieu totalement confiné mais il suffit d’attendre cinq minutes pour aller aux toilettes et vous avez là l’occasion d’attraper des microbes comme partout ailleurs.

Enfin rassurez-vous chers coureurs, le semi de Paris devrait être reporté… Du moins c’est ce qu’ils disent.

Toute personne qui a déjà organisé un événement en plein air sait à quel point c’est compliqué logistiquement parlant, et encore plus dans une ville comme Paris. Des manifestations en plein air, il y en a tous les week-ends et ce sont des heures de négociations avec la préfecture pour bloquer des routes. L’organisateur du semi de Paris le sait très bien puisqu’il organise 3 autres courses dans les 4 prochains mois à Paris à commencer par le marathon le mois prochain. On parle là de dates et d’accords donnés des mois à l’avance, de dossards vendus également des mois à l’avance et de prestataires prévus pour une date fixe. Je ne doute pas qu’avec toute la bonne volonté du monde, la course peut être reportée mais quand, comment, avec qui, avec l’argent de qui… J’attends de voir.

Cela me fait d’ailleurs me questionner sur la suite des événements… Alors que des pays bloquent l’entrée aux frontières à certaines nationalités, dans trois mois et demi débute l’Euro de football avec des milliers de supporters qui vont se déplacer dans 12 villes européennes. Du coup, je ne sais plus s’il faut dire merci à Platini ou merci au virus. Ensuite, dans cinq mois, ce sont les Jeux Olympiques qui débutent et là, au-delà des supporters qui feront le voyage, ce sont des athlètes de 207 délégations qui s’y retrouveront et qui vont serrer des mains sur les podiums.

Vous vous dites que d’ici là ce sera passé parce que les températures vont se réchauffer… Moi aussi mais ça fait quand même plus deux mois qu’on en parle et qu’il se propage ce con. Bah oui hein, la mondialisation c’est sympa quand ça nous permet de commander des jeans aux États-Unis ou de se faire livrer son MacBook depuis la Chine mais ça a aussi ses inconvénients.

Plus sérieusement, je suis plutôt de la team « on ne va pas s’arrêter de vivre ». Déjà en 2009, j’avais fait la guerre à la grippe A lorsque mon voyage de 3ème en Espagne avait été annulé. Je ne venais pas de me farcir deux ans d’espagnol pour que le seul voyage de ma scolarité soit annulé, pas question. C’est comme les personnes qui font du latin, on sait très bien que c’est pour la semaine à Rome. Bref, je ne me suis pas démontée, j’ai dit à ma mère revenant du Mexique qui était clairement un foyer à l’époque d’appeler notre professeur et vous savez quoi, le voyage a été reporté d’un mois. Bon, on a ensuite passé 24h en panne sur une aire d’autoroute à la sortie de Perpignan le jour de la fête des mères mais c’est une autre histoire.

Attention, je ne suis pas naïve non plus (ne me faites pas dire ce que je n’ai pas écrit). Je suis bien consciente qu’il y a des personnes qui décèdent de ce virus mais il y en a aussi qui guérissent et aujourd’hui on parle de 2% des personnes atteintes qui succombent malheureusement. Alors qu’on interdise les rassemblements c’est une chose mais comme certains l’exprimaient très bien sur Twitter, prenez la ligne 13 aux heures de pointes. Vous n’êtes pas 5000 (quoi que parfois on se demande…) et vu les conditions de transport, vous avez tout autant de chance d’être contaminé.

J’ose croire également qu’après deux mois où on parle de ce virus à chaque ouverture de JT, les gens sont assez informés pour adopter la bonne attitude s’ils ressentent des symptômes suspects. Oui il faut être vigilant mais il faut surtout éviter de tomber dans la psychose. Je sais c’est compliqué. C’est comme après un attentat et lorsque n’importe qui qui entrait avec un sac à dos dans le métro vous paraissait suspect. Ne généralisons pas, toute personne qui éternue ne vient pas de contaminer les 4 personnes autour d’elle mais lavez-vous quand même les mains. Vite.

Et puis on n’a pas parlé du plus grave. Les rayons des supermarchés se vident à vitesse grand V sauf au rayon bière où la Corona fait de la résistance. Vous ne vous souvenez donc pas qu’on ne laisse pas bébé dans un coin ? C’est pareil avec la Corona. Filez faire le ravito, je prépare l’apéro ! De toute façon, je ne suis pas 100% sûre que votre prépa marathon paye ses fruits.

Les 5 événements sportifs immanquables en 2020

Les dizaines ne sont pas très importantes quand on parle de sport. Ce qui est important c’est de savoir si nous sommes en année paire ou impaire. C’est comme ça qu’on sait si nous sommes une année de Jeux Olympiques ou une année de Coupe du Monde de rugby. Quand on parle de sport, on peut vous dire en fonction du dernier chiffre de l’année dans combien de temps se déroulera la prochaine grande compétition de football, le prochain Euro de basket ou encore la prochaine Ryder Cup parce que contrairement à des événements comme Roland Garros, la Ligue 1 Conforama ou encore le Tour de France, ce ne sont pas des événements annuels. Dans le sport, la récurrence des événements est à multiplier par 1, par 2 ou par 4. Bien évidemment, ceux qu’on multiplie par 4 sont les plus prestigieux et ceux lors desquels tout sportif veut décrocher un titre. Ceux qu’on multiplie par 1 sont ceux qui occupent tous nos week-ends, ils font partis de notre routine et cohabite dans notre agenda entre un rendez-vous chez le médecin et un restaurant avec les copains. On sait qu’on pourra toujours compter sur eux, et on sait qu’ils seront là l’an prochain.

Dans le sport, la récurrence des événements est à multiplier par 1, par 2 ou par 4. Bien évidemment, ceux qu’on multiplie par 4 sont les plus prestigieux et ceux lors desquels tout sportif veut décrocher un titre.

Les 5 événements ci-dessous sont rares, du genre rare à arriver tous les 4 ou 2 ans. On les a attendu avec autant d’impatience qu’on attend Noël. Ils vont avoir la priorité sur tous les autres événements de notre agenda, même le match de foot des enfants devra attendre. Pour eux, on serait prêt à payer un abonnement à 25 euros pour ne louper aucune médaille. Ils vont nous faire vivre des émotions qu’aucun autre événement ne nous procurera. Ils seront source de joie, de stress, d’adrénaline et peut-être de peine. Ils nous feront nous déplacer tellement ils nous ont manqué. Ils nous feront tout oublier, le temps d’un match, d’un coup, d’une action pour nous plonger dans cette bulle magique et formidable qu’est le sport. On sait qu’ils sont éphémères, qu’au bout de quelques jours il faudra leur dire au revoir et c’est ce qui les rend uniques.

Mesdames, mesdemoiselles, messieurs, merci de bien vouloir inscrire dans votre agenda que du 24 juillet au 9 août se déroulent les Jeux Olympiques d’été puis du 25 août au 6 septembre, les Jeux Paralympiques d’été. L’avant-dernière olympiade d’été avant que les Jeux investissent la capitale française. On ne connaît même pas encore l’ensemble de la délégation française qu’on se pose déjà une tonne de question : qui sera le porte-drapeau ? est-ce que la France brillera autant en boxe qu’à Rio en 2016 quand elle a décroché 10 médailles ? Teddy Riner va-t-il décrocher un troisième titre olympique ? après la désillusion des derniers championnats du monde d’athlétisme, les français auront-ils repris du poil de la bête ? de quelle couleur sera la médaille que décrocheront les équipes de handball français ? est-ce que Mbappé et Benzema seront de la partie chez les Bleuets ? Et on ne parle ici que de la France, imaginez si on commence à faire la liste des questions pour les autres pays en passant de combien de médailles Simone Biles décrochera à qui sera le prochain Michael Phelps ? Non vraiment, on est encore à plus de 200 jours de ces Jeux mais je ne tiens plus en place. J’ai déjà prévu de passer 15 jours sans vie sociale sur mon canapé pour ne rater aucun grand moment et vibrer derrière nos français.

Lors de la dernière décennie, le handball français masculin c’est un titre olympique en 2012, 3 titres de champions du monde en 2011, 2015 et 2017, 2 titres européens en 2010 et 2014. Autant dire que ce palmarès a de quoi nous rendre impatient que le championnat d’Europe commence. Il a lieu du 9 au 26 janvier en Autriche, Suède et Norvège, pays où la France prendra ses quartiers pour le tour préliminaire. Dans le groupe D, elle retrouvera la Norvège mais aussi le Portugal et la Bosnie-Herzégovine. Bien que la France soit déjà qualifiée pour participer au tournoi mondial de qualification pour les Jeux en avril, il sera important de tout donner pour nous faire oublier l’élimination des Bleues en phase de groupe au championnat du monde le mois dernier et pour donner le ton à cette année à deux titres potentiels. On a tellement peu l’habitude que cette équipe nous déçoive qu’on a hâte de voir jusqu’où elle ira.

Le 12 juin, il y aura ceux qui auront un oeil tourné vers le match Turquie vs Italie qui se déroulera à Rome et puis ceux qui seront plus intéressés par le Argentine vs Chili à Buenos Aires. Ce n’est qu’une question de goûts entre le football européen et le football sud-américain, de nationalité et d’affection parce que oui, en 2020 l’Euro et la Copa America commencent et finissent le même jour. Bien sûr, les aficionados de la Copa America se rappellent que celle-ci a déjà eu lieu l’an dernier et que la Brésil y a remporté son neuvième titre alors pourquoi donc la revoilà déjà un an après ? Tout simplement pour retrouver l’équilibre du calendrier international et des autres confédérations. Personnellement, je sais que je porterai plus d’attention au parcours des Bleus dans le groupe D qu’au match que le Qatar va jouer en tant que nation invitée à la Copa America mais ce n’est qu’une question de préférence et libre à chacun de faire comme il le souhaite. Il faut dire aussi qu’avec le décalage horaire, certains audacieux pourront même essayer de jongler entre les deux compétitions et alors là chapeau.

L’Euro 2020 sera également l’occasion de voyager puisqu’on se rappelle que Michel Platini avait proposé que la compétition se déroule sur tout le territoire européen pour fêter les 60 ans de la première édition. C’est ainsi dans 12 villes que les 51 matchs se dérouleront avec la phase finale à Londres. On sait déjà que les Bleus iront à Munich et Budapest, de quoi prévoir des petits week-end touristiques pour les amoureux du ballon rond.

Sortez à nouveau vos agendas et préparez-vous à réserver votre hôtel, le championnat d’Europe d’athlétisme se déroule du 25 au 30 août à Paris. Oui, vous avez bien lu à Paris. Vous n’avez pas donc pas d’excuses pour ne pas venir voir les frères Lavillenie sauter à la perche et Kevin Mayer effectuer dix épreuves surhumaines en deux jours. Et puis au-delà de l’événement sportif qui sera une répétition pour les épreuves de Paris 2024, l’organisation a prévu que ce soit une fête populaire avec un 10km ouvert à tous à la suite du semi-marathon officiel et une fanzone au Trocadéro où se dérouleront les cérémonies de remise de médailles mais aussi des concerts. Quoi de mieux qu’un séjour dans la capitale pour célébrer du sport et la ville de Paris avant la rentrée des classes ? En plus, l’avantage d’être sur place c’est que vous n’aurez pas à écouter les interviews d’après épreuves de Nelson Monfort (même si en vrai, on est tous fans de Nelson). Et vu que je suis sympa, je vous partage même le lien de la billetterie.

Je l’admets, si je n’avais pas vécu la Ryder Cup 2018 et découvert l’envergure et l’ambiance de l’événement, il est peu probable que j’aurai fait figurer cet événement dans cette liste néanmoins j’y suis allée et je n’ai qu’une hâte, y retourner un jour. C’était la seconde fois de ma vie que je découvrais ce que « être européen » signifiait après toutes les fois où ça me facilite bien la vie de payer en euros à Madrid ou Milan. Ce combat Europe vs Etats-Unis ce n’est pas quelque chose qu’on voit souvent dans une manifestation sportive. C’est toujours un match entre un pays et un autre mais là, c’est un ensemble de pays qui s’unissent. C’est à dire que dans ma team, il y a des espagnols, des anglais, des allemands et on est uni derrière le même but : battre les USA. J’avais une image ringarde du golf parce qu’après tout, on te demande toujours de faire le silence mais en fait, c’est juste pour mieux exploser quand le coup est magistral. J’avais rarement vu une ferveur aussi contagieuse (et des gens aussi alcoolisés) qu’à la Ryder Cup. Il faut le vivre pour le comprendre et ce sentiment, cette fierté de soutenir la team Europe, j’ai hâte de le retrouver lors de la prochaine édition qui se déroule du 25 au 27 septembre aux Etats-Unis.


5 événements qui sont finalement peu face à l’étendue de l’offre que nous promet 2020 à travers tous les événements annuels déjà au rendez-vous. Alors on a hâte ! Hâte que Fourcade et l’équipe de France brillent aux Mondiaux de biathlon, que le tournoi des VI Nations apporte sa dose de placages, que la Formule 1 reprenne en mars, que Roland-Garros accapare nos après-midis de mai, que le Tour de France nous fasse découvrir la beauté de notre patrimoine et qu’un français finisse en jaune sur les Champs. Oh oui, je le sens cette année 2020 va être belle. Belle et immanquable parce que le sport français va encore nous faire vivre de sacrées émotions comme on aime. Allez, bonne année et soyez prêts à consommer du sport comme vous ne l’avez jamais fait!